Mohamed Baya, au service de la filière équine

FILIÉRE ÉQUINE

Vétérinaire lauréat de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, promotion 1985, Mohamed Baya est né en 1957 à Taourirt, Oujda. Après avoir reçu son diplôme, il a intégré un centre d’insémination artificielle bovine, à Kénitra (1986), où il a vécu avec bonheur sa première expérience professionnelle.

Moins d’une année après, le Dr Mohamed Baya s’est engagé au service militaire. «A l’époque, on faisait appel aux vétérinaires pour faire le contrôle des produits alimentaires» précise-t-il. «Au moment où j’ai intégré la Place Militaire de Meknès, on s’occupait  aussi des chevaux de l’Académie Militaire et de leur contrôle sanitaire. J’ai fait non seulement le contrôle des produits alimentaires d’origine animale mais aussi et surtout  le suivi sanitaire des chevaux militaires, pendant 15 mois. Par la suite, j’ai travaillé aux abattoirs à Oujda pendant deux ans».

Promu chef du bureau de la santé animale, il peut appréhender et traiter tous les cas sanitaires ayant rapport avec la promotion de l’élevage et la reproduction équine.

Il travaille aussi sur les maladies contagieuses, le contrôle alimentaire et sanitaire. «A cette même époque nous avons travaillé sur une campagne nationale, pour combattre une épidémie qui attaquait les chevaux au Maroc : la peste équine» se souvient le Dr Baya. «Tout le Maroc s’est mobilisé pour trouver des solutions à la maladie et gérer ses dégâts : vaccination, vulgarisation, sensibilisation.»

En 1994, il rejoint le Haras national d’Oujda qu’il n’aura de cesse de vouloir restructurer. À l’instar des autres Haras nationaux, ceux  de Meknès, de Marrakech, d’El Jadida et de Bouznika, le Haras National d’Oujda a été rattaché à la Société Royale d'encouragement du cheval, en 2011. Il est devenu un relais incontournable, bras armé de la SOREC dans le domaine de l’élevage, œuvrant pour l’amélioration de la race équine, sa sélectivité. «Je travaille main dans la main avec Omar Skalli, le Directeur Général de la?SOREC» précise le Dr Mohamed Baya qui s’est également occupé des activités de la société de course régionale d’Oujda, jusqu’en 2016.

 

Articles Liés

Placé comme un supplément à la fin du magazine Clin d’œil, le magazine Cheval du Maroc est un rendez-vous incontournable pour les amoureux du cheval et permet, aux non initiés de découvrir la filière équine aux multiples facettes. Il participe, également, à la création d’un lien social entre les différents intervenants du monde du cheval au Royaume. Entre les courses hippiques, le développement du cheval barbe, l’utilisation traditionnelle et moderne du cheval, l’élevage équin, le Salon du Cheval d’El Jadida, le sport équestre, les métiers du cheval ou les cartes postales du cavalier marocain Kebir Ouaddar sur la route des JO de Rio, les intérêts de lecture ne manquent pas. 

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter. Si vous voulez vous tenir informé(e) de l'actualité et événements importants concernant le Cheval au Maroc

Back to Top